Le pouvoir d'achat, une histoire de lutte des classes !

Carburants, gaz, électricité, alimentation, ces derniers temps l'inflation bat des records. Et comme toujours nos salaires ne suivent pas ! En effet, nous autres, les prolétaires, subissons une lourde perte de pouvoir d'achat.

Et nous voilà encore et toujours plus dans la galère en fin de mois... Ce n'est certainement pas le chèque de 100 euros que le gouvernement veut nous jeter à la gueule qui nous permettra de vivre dignement !

Mais qu'est-ce qui explique cette brutale augmentation des prix ? Un énième déséquilibre inhérent à l'économie capitaliste ! Celle-ci, ralentie un temps au nom d'une « crise sanitaire », permettant entre autres choses d'écouler des marchandises en surstock, est désormais repartie à flux tendu. La demande de produits est donc devenue supérieure à son offre, ce qui engendre mécaniquement une augmentation de leur prix de vente. Ces mêmes capitalistes profitent donc aujourd'hui de cette pénurie pour engranger un taux de profit élevé au détriment de nos besoins essentiels. Au bout du compte, ce sont bien nous, les travailleurs plus ou moins précaires, qui devons encore cracher davantage au bassinet de ces parasites capitalistes qui ont déjà les poches qui débordent ! Pendant combien de temps encore allons-nous faire les frais des lois du marché ?!

Camarades, notre issue c'est la lutte des classes ! C'est seulement en l'assumant jusqu'au bout que nous imposerons notre volonté. Nous autres, les prolétaires, devons commencer par nous organiser dans un authentique parti révolutionnaire ! C'est ainsi que nous nous donnerons les moyens de lutter jusqu'à l'insurrection victorieuse, la seule voie possible pour accoucher  de notre propre modèle de société !

Dans l'économie socialiste à laquelle nous aspirons, toutes ces aberrations n’existeront plus, car la propriété privée sera remplacée par la propriété collective. Tout appartiendra à l'ensemble de la société, et non plus à quelques sangsues qui se nourrissent de notre sueur et de notre sang d'exploités. Par la nationalisation révolutionnaire des moyens de production et de distribution, le contrôle et la répartition des richesses, nous garantirons la satisfaction de tous nos besoins essentiels. Mettre l'économie à notre service, c'est cela la révolution socialiste !

Camarade prolétaire, débarrasse-toi de tes chaînes ! Rejoins-nous, organise-toi et prend part à la lutte des classes ! Ensemble, nous avons un monde à gagner !

À bas le capitalisme, vivement le socialisme !