Les chroniques de la galère ordinaire

« La poste, la vie comme on l’aime ! »

 

Comme beaucoup de gens, pour gagner du temps, j’ai pris l’habitude d’acheter sur internet. Certaines de ces commandes sont alors livrées par la poste.

Travaillant et n’étant que rarement à mon domicile lors du passage des livreurs, je dois donc aller dans mon bureau de poste pour récupérer mes colis. Sauf que dans mon quartier, à Marseille, les livreurs ne déposent jamais d’avis de passage. Je me retrouve une fois de plus au guichet, avec une pièce d’identité, éventuellement un numéro de suivi, mais sans numéro de colis en raison de l’absence d’avis de passage.

Après avoir attendu plus d’une demi-heure dans la file d’attente, la personne au guichet m’annonce qu’elle ne peut rien faire sans numéro de colis. Ce problème étant récurrent, je m’étais déjà renseigné et il s’avère que le bureau de poste est dans l’obligation de restituer les colis aux clients/usagers sur simple présentation de la carte d’identité. Je me permets naturellement d’insister : « Vous n’avez pas compris, les avis de passage ne sont jamais déposés et vous êtes dans l’obligation de vous débrouiller pour me restituer mon colis ! Je vais donc rester ici à bloquer votre guichet jusqu’à sa restitution ! »

Comme d’habitude, une partie des gens autour de moi exprime de la solidarité, voire de la colère à l’égard du personnel de la poste : « Il a raison, nous n’avons jamais d’avis de passage, allez lui chercher son colis ! » ou encore « J’en suis à la cinquième réclamation et rien ne change, c’est de pire en pire la poste ! ».

Face à la grogne naissante, un responsable de la poste intervient et me demande de libérer le guichet. Je lui réponds alors, en parlant très fort, qu’il peut toujours appeler la police, que je suis dans mon droit, que je ne bougerai pas, que j’en ai marre de la dégradation de la poste à cause de sa privatisation, etc. Face à ma détermination, le responsable a lui-même été chercher mon colis ! Et c’est chaque semaine le même type de situation…

Mais que foutent les travailleurs de ce bureau de poste marseillais ? Eh bien, figurez-vous qu’au lieu de lutter contre leur direction, qu’au lieu d’exiger des effectifs supplémentaires et d’imposer l’embauche de vrais facteurs, ils en arrivent à faire des journées d’arrêt de travail pour manifester contre « l’incivilité et l’agressivité des clients » !

Bref, ils ont pris la disquette de leur direction qui leur explique que les clients sont des espèces de sauvages… Des gens comme moi, en somme… qui passent leur temps libre dans les files d’attente de la Poste et toujours sans avis de passage…

Elle n’est pas plus belle la vie ?!!