L’éducation supérieure, personnels, enseignants, chercheurs et étudiants sont particulièrement touchés par les réformes en cours comme celle de la mastérisation des concours, qui va enlever la possibilité pour les étudiants suivant un parcours recherche, de passer les concours du capes et de l’agrégation.

Ainsi que les décrets d’application de la LRU qui vont faire la part belle aux entreprises privées. Ces lois se placent dans la logique globale de Sarkozy et de ses amis capitalistes, qui aspirent à une privatisation totale des secteurs publics de l’économie et à une précarisation globale des fonctionnaires de l’Etat et des étudiants.

Les universités n’ont pas vocation et ne doivent pas être soumises et gérées selon des critères de rentabilité. Le savoir n’est pas une marchandise, pas plus que ne l’est la recherche. Il est inadmissible que nos facs soient ouvertes à des capitaux privés et à des entreprises dictant leur politique et mettant en concurrence les différents sites universitaires, créant ainsi un système à deux vitesses. C’est également pour cette raison que les  diplômes doivent conserver leur cadre national !

Pour vaincre, le milieu de l’éducation et les étudiants doivent dépasser le caractère corporatiste de leur lutte pour œuvrer à la convergence avec les mouvements de grève menés actuellement par l’ensemble des travailleurs! Celle-ci est la condition essentielle à notre victoire sur le gouvernement et les capitalistes. Un front de classe regroupant tout le peuple doit être opposé à la bourgeoisie qui rêve de nous rendre dociles en dégradant notre cadre de vie. 

Camarades, nous ne pourrons vaincre que si nous unissons nos forces ! Dans cette optique, les étudiants, les chercheurs et tout le personnel touché ont un rôle à jouer et doivent occuper la rue et les sites universitaires, comme c’est le cas à Limoges, Arras, Angers, Avignon, Rennes, Marseille, etc.  pour amplifier le mouvement et relayer les luttes menées par le peuple.

MEHDI

Publié dans Combat n°7 Mars 2009