Grâce à son nouveau statut sacré de consommateur, le peuple est donc roi. Cette mentalité de bourgeois qui ne se définit que par son pouvoir d’achat  -qu’ils soient pauvres ou riches d’ailleurs- les amène à penser pouvoir faire l’économie d’une révolution pour changer le monde. Ils sont donc convaincus que la lutte des classes est à ranger dans les oubliettes de l’histoire. Que l’Histoire s’est terminée quand Mickey a gagné son hégémonie !

Il s’agit pour eux de défendre ce statut de client-roi, de femme émancipée, de jeune arriviste ou de vieux attendant la mort. Plus dure sera la chute. Car c’est bien l’exploitation, le chômage et la misère qui les attend. Seul la lutte rend libre. Il va falloir se battre pour que ça change, il va falloir que ça pète !

Publié dans Combat n°17 Décembre 2010