Et comme dans notre simulacre de démocratie bourgeoise nul parti politique n'est tenu de tenir ses engagements, on pouvait quand même s'attendre de la part du PS à quelques promesses, au moins histoire de faire semblant de se démarquer de la droite...

Mais au final, en dehors de quelques emplois précaires dit "jeunes" et de la promesse -pour flatter l’écologie bien-pensante- de "sortir du tout nucléaire",  le programme du PS n'a rien à proposer! C'est encore pire que le programme de Jospin en 1997 et 2002, le vide total! Pas le moindre engagement pour revenir ou pour limiter la casse du gouvernement actuel, même pas sur la question des retraites qui a pourtant "obligé" les militants du PS à faire semblant de manifester au côté des salariés à l’automne dernier!

Le fait que le PS est un parti bourgeois de gestion libérale des affaires du système n'est pas un fait nouveau, mais cette fois ce dernier ne se sent même plus obligé de prétendre apporter un peu de bricolage social ne serait-ce que pour créer l'illusion et l'espoir du changement dans son électorat . Le PS compte -en effet- sur un simple effet médiatique favorable et sur l'idée de bipartisme : il faudrait voter "utile" à gauche pour éviter Sarkozy et la droite... En gros, PS nous dit que rien ne changera, qu'il ne faut pas attendre de miracle, mais que c'est toujours "la seule " option alternative que de voter pour lui, qu'il est la solution du "moins pire" en somme... C'est du propre! Mais c'est l’essence même de la démocratie bourgeoise que de créer une fausse alternance gouvernementale pour mieux assurer la continuité politique de la domination des riches capitalistes sur le peuple salarié et la société. Et lorsque l'on peut compter sur la haine accumulée et engendrée par des bilans gouvernementaux désastreux pour assurer cette alternance c'est encore mieux ; il n'y a même plus besoin de se risquer à mentir pour faire croire au changement et à une politique meilleure...

Mais, le pire dans cette conception bourgeoise, puante et impuissante de la politique, est que la quasi-totalité de la gauche, du NPA aux écologistes, en passant par le PCF et Mélenchon, s'entendront pour soutenir et collaborer à la victoire du PS. Ces derniers, eux qui prétendent -mensongèrement pour le coup- défendre une alternative à gauche, mais qui ne vise souvent qu'a former un gouvernement avec lui,  faciliteront, de fait -en muselant les syndicats et en amadouant le peuple- la marche réactionnaire et libérale de la société...

Publié dans Combat n°20 Avril/Mai 2011