face au gouvernement conservateur de Costas Caramanlis, et face à ce système qui peut renflouer des banques mais ne peut pas assurer des conditions d’études décentes aux lycéens et étudiants, la jeunesse grecque était remontée.

Dans ce pays où le mouvement anarchiste est très fort, le meurtre par la police du jeune lycéen Alexandros Grigoropoulos le 6 décembre dernier a mis le feu aux poudres, et provoqué une vague d’émeutes politiques dans toute la péninsule hellénique. Attaques de banques, affrontements avec la police, la jeunesse révoltée s’attaque aux symboles de ce système qui les opprime, et qui maintenant les tue !

Et la mobilisation en Grèce, contrairement à ce qu’annoncent les médias bourgeois, ne faiblit pas et se politise ! Près de 600 lycées et universités sont occupées, des AG quasi permanentes y ont lieu. De nouvelles formes de démocratie directe voient le jour, et l’opposition à Caramanlis, à l’état policier et au libéralisme s’accroît. La Grèce est sur le chemin de la Révolution, emboîtons-lui le pas !

Publié dans Combat n°6 Février 2009