La politique libérale sous tutelle, alternativement de l’impérialisme Français et des Etats-Unis, a succédé à la politique coloniale. Si l’île n’est plus le 1er exportateur mondial de sucre, son sol est riche en pétrole (réserve probablement supérieur à celle du Venezuela) et surtout en iridium (seul pays producteur, avec l’Afrique du Sud) De plus, les achats de terres cultivables et l’importation en masse de produits agro-alimentaires par les compagnies US, ont chassé la population paysanne dans les villes, (Port au Prince est passé de 50 000 à 2 millions d’habitants en 50 ans) fournissant ainsi une main d’œuvre -très bon marché et en grand-nombre- aux entreprises internationales.

C’est pour maintenir cet état des choses que les Etats-Unis interviennent si promptement en envoyant ses troupes, ses bâtiments de guerre et ses hélicoptères. Pour Obama et autres Clinton ce n’est pas le peuple qui gît sous les décombres, mais l’Etat Haïtien avec son gouvernement, sa police et son armée : bref, les forces d’exploitation du peuple Haïtien par le capital international. Aujourd’hui l’occasion est donnée aux forces armées US d’occuper librement le terrain sans la lourdeur d’une bureaucratie onusienne ou le masque d’un despote local.

Et l’on assiste à une véritable réorganisation opérationnelle de la région (encerclant Cuba et isolant le Venezuela) par l’armada US. Pour Sarkozy et la France, il s’agit de placer ses amis EDF, Bouygues and Co, afin qu’ils puissent s’engraisser avec la reconstruction du pays. Ce que l’Etat Français fait mine de donner d’une main, ces entreprises le récolteront au centuple de l’autre. Spoliant les travailleurs des deux pays. Voilà peut-être à quoi servira la fabuleuse campagne de dons orchestrée par  tous les médias, recrutant rappeurs, sportifs et autres comiques dont l’ingénuité même, sur ce coup, est discutable.

Car, du côté de l’aide médicale, rien ; pas plus du côté de l’aide alimentaire ou des produits de premier secours. (Tentes, couvertures, médicaments) Les ONG sont placées directement sous le commandement militaire américain qui remplace un gouvernement fantoche devenu fantôme.

Hier le peuple d’Haïti chassait ses maîtres, esclavagistes blancs, noirs ou métis tout en résistant à l’armée anglaise et Napoléonienne, dans des soulèvements héroïques mais victorieux.

Aujourd’hui comme hier, la population d’Haïti ne peut compter que sur elle-même. L’Etat Haïtien a eu la tête coupé mais elle repoussera. L’occasion lui est donnée pour le remplacer par un authentique gouvernement du peuple. Chasser ses exploiteurs et s’opposer à la puissance US ne sera pas chose facile, mais c’est une existence plus dure encore à laquelle sont condamnés les haïtiens. Devant la catastrophe ils ont montré la solidarité et la force d’un peuple qui doit maintenant prendre conscience du rôle historique qui lui est assigné.

Publié dans Combat n°12 Avril 2010