Dans cette île, durement touchée par le séisme de janvier dernier, et qui compte 1,3 millions de rescapés entassés dans des camps où règnent les pires conditions de salubrité, l’épidémie risque de continuer à se propager. Preuve que la présence américaine n’apporte aucune aide réelle aux populations et ne sert qu’à asseoir sa domination sur la région. Contrairement à sa voisine socialiste, Cuba, les catastrophes naturelles engendrent des conséquences dramatiques pour la population.

Publié dans Combat n°16 Novembre 2010