Pourtant, aucune preuve formelle ne prouve que ce soient eux les responsables des perturbations. Une partie des interpellés à d’ailleurs, en raison des errements de l’enquête, été remise en liberté (deux suspects restant emprisonnés à ce jour). Quoi qu’il en soit, si nous considérons ce type de sabotage comme inefficace, nous soutenons les camarades anarchistes.

Ces derniers, avant tout victimes d’un procès d’intention, sont en effet des coupables tout trouvés aux yeux de l’Etat ; Dans un contexte où les incidents se multiplient sur les rails de France en raison des économies faite sur la maintenance, quelle meilleure façade pour couvrir l’incompétence potentiellement criminelle de la direction de la SNCF, que l’invocation d’ «actes de sabotage a visé terroriste» ?

Espérons que les syndiqués cheminots, CGT et autres, ne suivront pas l’exemple de leurs directions corrompues qui osaient se réjouir de l’arrestation de ces camarades anarchistes, vraisemblablement innocents. En réponse au processus de privatisation de la SNCF, Les cheminots syndicalistes doivent s’affranchir des traîtrises de leurs directions syndicales et se préparer à mener une lutte historique, qu’il faudra gagner à tout prix, à l’aide du sabotage si nécessaire !

KOMA

Publié dans Combat n°5 Décembre 2008