Grève des ports

Arnaquées par le pouvoir les travailleurs ripostent !

 

En octobre-novembre dernier, en pleine lutte contre la réforme des retraites, les milliers de dockers et grutiers pensaient avoir obtenu le droit de partir 4 ou 5 ans avant l’âge légal, en raison de la pénibilité du travail.

La CGT et les organisations patronales, sous l’égide gouvernementale de Jean louis Borloo, étaient en effet parvenues à un accord qui, d’une part, servait de « compensation » à la privatisation de la manutention imposé peu de temps avant et, de l’autre, permettait de prévenir et d’enrayer la dynamique de lutte contre le recul de l’âge légal du départ à la retraite dans le secteur portuaire. En d’autres termes, le pouvoir avait su acheter la paix avec les représentants syndicaux en répondant favorablement à une demande corporatiste, le tout, évidement, en brisant l’union et la solidarité des travailleurs.

Mais aujourd’hui, maintenant que la lutte contre la réforme des retraites est terminée, le gouvernement « remanié » décide de ne plus reconnaître cet accord et souhaite abaisser à deux ans l’anticipation du départ à la retraite, en même temps que pour un nombre plus réduit de travailleurs qu’initialement prévu. En réaction à cette trahison gouvernementale, la CGT a donc initié une vague de grèves dans les principaux ports du pays, à commencer par celui de Marseille-Fos. Si nous soutenons la juste riposte des dockers et grutiers arnaqués par ces truands patronaux et gouvernementaux, nous invitons néanmoins tous les travailleurs à tirer les leçons de cette expérience !

Camarades, gare aux compromissions et aux divisions corporatistes, notre seule garantie c’est l’union de notre classe ! Un pour tous et tous pour un !

Publié dans Combat n°18 Janvier/Février 2011