Mais l’entreprise Richard Ducros reste un des fleurons de l’industrie métallurgique française et ses salariés sont bien décidés à se battre contre un plan de licenciement qui prévoit la suppression de 300 emplois. Cette attaque, qui fait suite au rachat de l’entreprise par Clément Fayat et sa grosse fortune, s’inscrit dans un plan plus vaste, puisque des licenciements auront aussi lieu dans les Vosges, dans les Landes et aussi en Hongrie. Partout, les intérêts des travailleurs sont les mêmes : pour préparer la riposte, ils se sont donc organisés par la base avec l’aide des syndicats, et ont rassemblé 2000 personnes lors d’une première manifestation à Alès. Ce n’est qu’un début pour leur lutte !

Publié dans Combat n°20 Avril/Mai 2011