Communiqué de l'Arme Révolutionnaire Marxiste

à destination de nos camarades de lutte

en Gilets Jaunes du département 34

Salut à vous,

            Vous l'avez peut-être constaté sur les réseaux sociaux, nous autres, militants de l’ARM sur Montpellier faisons l'objet d'une odieuse et gratuite attaque polémique.

Gilets Jaunes de la première heure, nous étions présents sur le rond-point dit du "Macadam" depuis l'appel à réinvestir les ronds-points le jeudi 26 septembre. Nous sommes intervenus pour organiser une Assemblée de lutte, encourager la pérennisation de ces rendez-vous hebdomadaires et proposer une action unitaire partiellement validée en Assemblée. Comme à notre habitude, nous nous sommes présentés de façon transparente comme "Gilets Jaunes et militants ARM" et nous avions également placé une banderole "Pouvoir au peuple", complétée par une faucille et un marteau avec un sigle ARM, à proximité du rond-point.

            Pendant les deux Assemblées organisées et lors de ces deux jeudi consécutifs, aucun problème ni aucune gène ne nous a été communiqué, si ce n'est peut-être une petite réaction d'hostilité de la part d'une personne à la simple écoute du mot "camarade"... Comme toujours dans ce contexte, nous étions en effet animés par un état d’esprit fraternel, constructif et unitaire. En tant que militants ouvriers, nous nous sommes mis au service de la lutte en tachant d'organiser démocratiquement l'ensemble de nos camarades Gilets Jaunes sur le rond-point. Notre plan d’action a été scrupuleusement soumis à la volonté collective de l’Assemblée, et nous n’avons absolument pas rechigné lorsque nos propositions ont été adaptées en fonction des diverses objections et modifications apportées par les participants. Nous soulignons également que notre sérieux et nos efforts de préparation ont été appréciés par tous nos camarades Gilets Jaunes soucieux d’avancer dans l’organisation de la lutte.

            Cependant, le soir même, sur un groupe de communication internet, la personne heurtée par le mot « camarade » sur le rond-point, est parvenue à trouver l'appui de trois ou quatre autres détracteurs pour lancer une polémique haineuse afin de saborder nos efforts communs de construction. Relayant la presse d’extrême droite contre notre organisation, ces personnes ont justifié leur campagne au nom d'un "apolitisme" et/ou d'un "apartisanisme", présenté comme un principe absolu faisant l’unanimité parmi les Gilets Jaunes. Comme si notre lutte n’était pas politique par essence, et que notre organisation révolutionnaire pouvait être soupçonnée de vouloir récupérer quoi que ce soit à des fins électorales ou autres ! Quelle lâcheté et quelle malhonnêteté ! Nous avons toujours combattu les manœuvres politiciennes et opposé la démocratie de la lutte au système politique des bourgeois !

            Deux jours après le début de la polémique, nous avons été exclus du groupe internet concerné et les attaques se sont poursuivies sur d'autres réseaux sociaux, une fois de plus à l’initiative de cette personne visiblement frustrée dans ses ambitions de petite cheffe autoproclamée... Mais qui est donc cette instigatrice animée par une haine suspecte ?   Après quelques recherches, nous avons appris que cette personne était en réalité une cheffe d'entreprise désireuse de s’imposer comme représentante régionale du mouvement ! Ben voyons ! Encore une opportuniste, qui n’a rien montré sur le terrain et qui cherche une notoriété médiatique aux cotés des "Fly Rider", Boulo et autres pseudo porte-paroles intéressés du mouvement ! Tandis que nous autres, les Gilets Jaunes du peuple, avons droit à nos fiches « S », cette petite-bourgeoise répertoriée sur BFM business voudrait nous dicter sa loi ! Cette opportuniste cache à notre avis très mal ses ambitions et ses intentions d'instrumentaliser la lutte pour servir ses intérêts particuliers, qu'ils soient politiciens, pécuniaires ou simplement liés a l'égo. Quoi qu'il en soit, nous comprenons déjà un peu mieux l’attitude destructrice et les obsessions anticommunistes de cette bourgeoise. Il est en effet insupportable pour ce genre de profiteuse de lutter aux cotés d'ouvriers organisés et politisés, ouvriers qu’elle préférerait sans doute pouvoir exploiter à sa guise et à moindre coût... Sur le fond, nous comprenons aussi mieux les orientations politiques et les limitations revendicatives de nos détracteurs, qui condamnent toute idée de Révolution pour mieux défendre les institutions en place.

            D’après notre expérience dans plusieurs villes, ceux qui s'acharnent obsessionnellement contre nos militants sont, soit des politiciens déguisés en Gilets Jaunes (FI, RN, UPR, etc.), soit des représentants de la petite ou moyenne bourgeoisie. Ainsi, dans la réalité, ceux qui s'appuient sur des préjugés mensongers et hypocrites tels que l'apolitisme ou l'apartisanisme ne sont généralement rien d'autres que des récupérateurs et des arrivistes. Politiciens ou bourgeois, nous autres, les travailleurs en Gilets Jaunes, ne devons pas laisser ces gens là manœuvrer pour servir leurs intérêts personnels ou pour rabaisser notre lutte à un esprit revendicatif réformiste, électoraliste ou pro-patronal. Ainsi, nous pensons que cette polémique est une manifestation de lutte entre les classes sociales au sein même du mouvement. Salariés ou patrons, nos intérêts ne sont pas les mêmes, il sont mêmes inconciliables !

            Qui sommes nous ? Nous nous sommes engagés dans le mouvement des Gilets Jaunes depuis le début en tant que militants ouvriers organisés, luttant pour un monde meilleur. Nous défendons les perspectives du dépassement révolutionnaire du capitalisme et voulons une nouvelle société réorganisée sur la base d'une économie publique et démocratiquement planifiée pour servir l’intérêt général. Ainsi, nous assumons fièrement nos idées et nos couleurs, et il est bien rare que cela pose un problème à nos camarades de lutte, bien au contraire ! Les Gilets Jaunes du peuple que nous côtoyons savent que nous sommes une organisation politique de lutte fiable, constructive et sincère. Beaucoup partagent nos idéaux révolutionnaires et tous veulent construire et organiser le mouvement pour lui donner un avenir. Nous construisons, ils détruisent, ne soyons pas dupes ! Camarades Gilets Jaunes, ensemble, continuons notre lutte historique jusqu’à la victoire finale ! Le pouvoir au peuple !

L’ Arme Révolutionnaire Marxiste,

le 09/10/2019 à Montpellier