Le RIC, la banane du siècle !

 

Macron maintient son cap antisocial et sur le même ton qu’au début de son mandat veut nous faire la leçon ! Comme s’il s’adressait à des enfants son intervention de début d’année suinte le mépris en traitant les Gilet Jaunes de « foule haineuse ». Comme tous les bouffons démocrates qui,  de la France Insoumise au Rassemblement National, défendent l’idée d’un référendum, il nous dit d’arrêter de manifester et d’attendre sagement de glisser un bulletin dans l’urne républicaine de la bourgeoisie.

 

Le pouvoir bourgeois tente d’étouffer la colère et nous faire quitter les routes et points de blocage pour nous ramener au sein de ses institutions, de sa démocratie. Ainsi voit-on s’installer un débat sur le Référendum d’Initiative Citoyenne.

C’est trop gentil de nous laisser « l’initiative » d’un référendum alors qu’il y a le feu aux 4 coins du pays ! Et qui va le formuler ? L’Etat va-t-il faire une « consultation » du peuple pour savoir comment « consulter » le peuple ?

Ce mot d’ordre n’est pas innocent, c’est un outil de l’appareil d’Etat de la bourgeoisie, comme les Primaires ou la Constituante, destiné à entretenir l’illusion de cette démocratie. A chaque mouvement social, nous trouvons les mêmes organisations pour nous dire : « Tant pis si on n’a pas gagné, cela se réglera dans les urnes. » Si c’était le cas, ça se saurait depuis le temps !

Ce système ne permet pas l’expression et la satisfaction des aspirations des travailleurs. Chaque mouvement social en est la preuve, et la violence qui s’exprime n’est que le reflet atténué de celle subie quotidiennement par les exploités. Si nous sommes dans la rue c’est que nous savons déjà qu’il est dérisoire d’attendre pour mettre un bulletin dans une urne.

Aucune victoire n’est possible dans le cadre démocratique de la bourgeoisie : ni dans les élections, ni lors de référendums nous ne décidons quoi que ce soit ! Les exemples ne manquent pas tout autour de nous ; Angleterre, Grèce, Suisse, et chez nous en 2005 ! Mais il semble qu’il y en ait encore beaucoup qui s’aveuglent des mêmes lumières.

Sans réel pouvoir, c’est-à-dire sans la capacité à faire respecter les décisions prises, le vote « démocratique » ne représente rien. Le RIC n’est pas une porte de sortie honorable ni un objectif à minima ou un « mieux que rien ». Le RIC c’est que dalle pour ton compte en banque et la promesse de bourrage de crâne pendant 3 mois sur BFM, pour la plus grande joie des médias et des populistes de Le Pen à Mélenchon ! Le RIC c’est la banane du siècle !

Notre détermination s’exprimera dans le refus d’être pris pour des imbéciles avec des solutions bidons que sont le RIC, les GJ libres ou autre parti issu du mouvement. Partout où nous nous sommes rassemblés, nous avons ressenti ce besoin de s’organiser afin d’être plus efficace dans l’action et pour se coordonner.

C’est à nous d’établir notre contre-pouvoir, d’opposer à toute la machine d’Etat, nos organisations. Si les tentatives de récupération ou pour se proclamer représentant des Gilets Jaunes sont possibles c’est précisément que nous n’avons rien à leur opposer.

C’est à nous qu’il revient de former nos Assemblées Populaires et de nous donner les moyens de faire respecter les décisions qui y seront prises.

C’est la base d’une démocratie véritable où les choix sont non seulement discutés ensemble mais qui est surtout capable de construire le rapport de force nécessaire pour les imposer. Afin que personne ne parle en notre nom, nous devons tisser nous-même nos réseaux, notre démocratie.

Notre détermination se concrétisera dans notre capacité à s’organiser. Les données du problème nous les connaissons déjà ! C’est ce système où l’argent est roi, le système capitaliste basé sur l’appropriation privée de toutes les ressources, toutes les richesses contre l’intérêt général.

Face à la dictature du capital nous imposerons la dictature du peuple, la démocratie des Assemblées face à la démocratie bourgeoise.

Le tract en PDF