Face au pouvoir des 

riches, 

qui incarne la révolte ? 

C’est nous !

 

A quoi se résume la politique du gouvernement ? A prendre au peuple pour donner aux riches ! Pour le peuple, c’est l’austérité généralisée, avec des salaires de misère, un chômage record et des services publics à l’abandon ! Et pour les riches, ce sont des dizaines de milliards de cadeaux et des lois sur commande !

Après la loi Macron, c’est maintenant le code du travail qui est en ligne de mire. Avec son projet de réforme du code du travail, le gouvernement espère ouvrir la porte à des accords d’entreprise. L’objectif visé est toujours le même : briser le socle commun de protection des salariés pour repousser les limites de leur exploitation ! Le MEDEF n’a plus qu’à applaudir ! Oh, il est loin le François Hollande qui s’autoproclamait « ennemi de la finance » durant la période électorale !  Dans les faits, c’est l’incarnation politique du pouvoir de la finance !

Que le gouvernement porte une étiquette de gauche n’y change strictement rien, il est le serviteur zélé de la dictature du capital ! Car oui, la prétendue « démocratie » n’est que duperie, les Etats et les gouvernements servent toujours la riche minorité. Rappelez-vous le « non » français à la constitution européenne, et voyez aujourd’hui Syriza en Grèce ! Arrêtons d’être naïfs, chaque fois que le peuple exprime électoralement la défense de ses intérêts, il est bafoué et piétiné !

En réalité, le seul langage que le pouvoir capitaliste est bien obligé de considérer, c’est celui du rapport de force ! Et qui possède les capacités de faire trembler, et d’un jour renverser le pouvoir de la bourgeoisie ? Eh bien c’est nous, les travailleurs salariés, les prolétaires !

Alors, qu’attendons-nous pour riposter !? Que les directions syndicales appellent à une  énième journée de mobilisation mal préparée et sans lendemain !? Mais c’est très insuffisant pour stopper l’offensive gouvernementale ! Ce qu’il faut, c’est préparer à l’avance, par une campagne syndicale acharnée, une grande mobilisation, une grève reconductible capable de créer l’émulation au sein de la classe des travailleurs salariés. C’est tout à fait possible mais il faut avoir la volonté d’en découdre ! Et cette volonté elle ne peut naitre qu’à la base des syndicats et du prolétariat ! A l’image des camarades d’Air France qui ont eu mille fois raison de secouer leur DRH, notre révolte doit exploser à la face des ennemis patronaux et gouvernementaux !

Mais en attendant, qui fait vivre l’esprit de révolte ? Qui démasque le jeu des puissants ? Qui incarne la fraction la plus consciente et la plus déterminée de notre classe ? Qui défend l’incontournable nécessité du renversement insurrectionnel du pouvoir capitaliste ? Qui dresse inlassablement les perspectives d’une transformation sociale fondée sur une économie à caractère public ? C’est nous, les marxistes révolutionnaires, les incorruptibles du communisme ! Camarade, devenons forts ! Rejoins-nous !

Publié dans Combat n°40 Automne 2015