Pour que les entreprises du CAC 40, les mêmes qui demandent des aident à l’Etat, parviennent à augmenter leurs bénéfices de 12,09% par rapport à 2007, ce sont les classes populaires qui sont sacrifiés au nom de leur crise ! Alors que Le chômage augmente (+2,4% en octobre), que 100 000 intérimaires sont jetés au placard en un an, et que de nombreux travailleurs sont mis au « chômage partiel », le gouvernement augmente le temps et la durée de travail ; les heures supplémentaires (+34,5% en un an) seraient ainsi en cause dans la suppression de 40 600 postes, et les restrictions à la retraite anticipée menaceraient 678 000 emplois (source : direction d’animation de la recherche et des statistiques).

Quant au RSA, dont le gain pour le travailleur retrouvant un emploi est pratiquement annulé par la perte consécutive de sa prime pour l’emploi, il n’aura pas d’autre conséquence que d’inciter le patronat à employer le travailleur a temps partiel et à baisser son salaire. La politique gouvernementale se résume à l’art d’économiser sur les nécessités vitales de la population (protection sociale, et services publics) pour que les capitalistes et les banquiers encaissent !

Le malheur du peuple fait le bonheur des riches ! Eh bien ça va changer ! Ça prendra le temps qu’il faudra, mais la roue va tourner !

Le peuple salarié a les moyens d’arracher le pouvoir à la minorité dorée ! Il a toutes les compétences pour refonder le monde sur les bases socialistes, afin de permettre d’en finir avec la misère, l’inégalité, et les millions de nuisances destructrices de l’économie capitalisme.

L’histoire ne s’arrête pas, le prolétariat vaincra !

Publié dans Combat n°5 Décembre 2008