Le pouvoir bourgeois veut nous faire supporter sa crise ? Nous allons  lui réserver notre foudre ! Il veut nous plumer à sec ? Nous tacherons d’avoir sa tête !

La  grève et la manifestation du 29 janvier doivent être le prélude à une contre-attaque massive du peuple ouvrier et employé du pays ! Chacun d’entre nous a en effet ses responsabilités à prendre dans la suite des hostilités. Ou bien nous acceptons le jeu de la collaboration et de la lutte «juste pour le principe» que vont initier les directions syndicales, et dans ce cas nous perdons. Ou bien, au contraire, nous dépassons le cadre des divisions corporatistes et des journées d’action sans lendemain, pour trouver la dynamique d’une lutte déterminée et d’envergure… et dans ce cas, nous gagnons la bataille !

Nous autres, militants communistes, représentons l’unité vivante de tous ceux qui ont fait le choix de terrasser, coûte que coûte, l’ordre d’injustice qui opprime le peuple.

Nous défendons le seul projet politique alternatif au règne du capital, et nous n’avons pas  peur de finir par faire peur à nos ennemis ! Camarades, ne redoutons pas d’être redoutables ! 

ELIAS

Publié dans Combat n°6 Février 2009