Mort à l'Otan et au fascisme en Ukraine !

Unité entre les peuples,

guerre aux exploiteurs !

 

De l’extrême droite à l’extrême gauche, la quasi totalité des acteurs politiques soutient l'ignoble propagande de l'OTAN et condamne, d'une même voix (celle de la bourgeoisie française) l'intervention militaire russe en Ukraine. Regardons donc d'un peu plus près cette situation :

A - L'Ukraine était un territoire historique de l'empire russe mais l'important, pour nous autres les travailleurs conscients, est de bien comprendre que l'Ukraine faisait partie intégrante de l'Union Soviétique, c'est à dire d'un grand État socialiste unifiant les peuples, et ce quelles que soient leurs particularités culturelles ou nationales. Dans la mémoire collective du prolétariat ukrainien, le plus haut niveau civilisationnel jamais atteint fut celui du socialisme dans l'unité avec les russes !

B - La Russie d'aujourd'hui n'est, certes, plus socialiste. C'est un pays capitaliste qui défend sa zone d'influence économique directe contre les incessantes provocations de l'OTAN depuis des décennies. Rappelons que l'OTAN était un outil de lutte contre le communisme, qui a ensuite servi à mettre à genoux les ex-pays socialistes dans l’intérêt de l’impérialisme américain. Si la Russie instrumentalise la mémoire de classe, ouvrière et socialiste, pour défendre ses intérêts capitalistes, il est tout à fait compréhensible qu'elle refuse que l'Ukraine, un pays frère, bascule du coté de l'OTAN.

C - Le pouvoir ukrainien est, depuis 2014, de type fasciste. Il l’assume de façon officielle en ayant, par exemple, intégré le « Régiment Azov » (milice armée néo-nazie) dans sa garde nationale... Une grande partie du peuple ukrainien, et le prolétariat d'Ukraine en particulier, est donc directement réprimé depuis des années par un régime nationaliste de la pire espèce : des régions entières ont dû faire sécession (Donbass et Crimée), des dizaines de milliers de russophones et russophiles ont été assassinés, le parti communiste a été interdit, les symboles du passé soviétique ont été détruits, des miliciens fascistes en arrivent à interdire l’accès aux trains aux personnes de couleurs et ils persécutent systématiquement les ouvriers conscients d'Ukraine. Comme partout et toujours, l'OTAN instaure ou soutient les pires régimes réactionnaires !

Pour ces raisons et pour bien d'autres encore, nous disons que l'ennemi prioritaire du prolétariat ukrainien, c'est la bourgeoisie nationaliste ukrainienne elle-même ! Comme les révolutionnaires russes de 1917, qui, en pleine Première Guerre mondiale et dans le contexte d'une attaque des empires de l’Europe centrale contre la Russie, appelaient ouvertement à se révolter contre leur propre pouvoir « russe », nous disons aujourd'hui que le devoir des ouvriers et des soldats ukrainiens est avant tout de se mutiner contre leurs propres dirigeants fascistes ! En France, ici et maintenant, nous condamnons avec le plus grand mépris toute cette propagande de l'OTAN, qu'elle soit justifiée par des arguments nationalistes, ou bien par des motifs hypocrites, pacifistes ou « humanitaires ». Nous saluons la mémoire soviétique et nous appelons à l'unité internationale des travailleurs russes, ukrainiens et d'ailleurs, condition à notre révolte victorieuse contre nos exploiteurs, d'où qu'ils viennent et où que nous soyons !

Lien du tract en PDF